Rechercher

Quand le coaching se déroule à l’extérieur, dans la nature.

Mis à jour : 2 mars 2020

L’environnement où se déroule les sessions de coaching joue un rôle important dans la mise en condition. Je m’en réfère aux échanges avec les coachés ayant effectué ce type de séances avec moi ou d’autres coachs : l’arrivée sur les lieux est déjà un dépaysement qui met dans une disposition d’ouverture, “de déconnexion propice à une grande réceptivité”. La beauté des lieux, l’absence de route et de bruits de la ville, le calme de la campagne et le chant des oiseaux transportent les participants hors du temps et loin de leur quotidien. Lorsque je recroise un équi-coaché, le souvenir de la beauté du lieu est toujours indissociable des émotions vécues sur place avec le cheval.


Pour le coach Jean-Yves Arrivé, le choix du lieu n’est pas neutre. Il conseille de ne pas faire de séances dans les locaux du coaché, ne serait-ce que pour des questions de discrétion et de confidentialité. Il décrit un lieu confortable et tranquille où le coaché pourra créer ses repères.

Un coaching dans la nature demande au coaché de s’adapter car il ne va pas retrouver le confort habituel d’une séance de travail (assise en bois ou station debout, extérieur donc soleil, vent, voire bruine, poussière de la carrière). Je conseille d'ailleurs des vêtements confortables et peu fragiles (dans le cas de l'équicoaching notamment car certains chevaux sont très câlins), donc quitter son costume ou ses talons peut être déstabilisant. Ce décentrage aide à décaler les points de vue et à expérimenter des projets nouveaux, à gagner en autonomie. C’est un des atouts du coaching à l'extérieur.


Enfin, le positionnement dans l’espace est moins confrontant qu’en coaching en tête à tête. Il y a peu de face-à-face coach-coaché voire plutôt un triangle en présence du cheval ; très souvent le coaché est côte-à-côte avec le coach ou/et le cheval, marchant dans la même direction.


coaching dans la nature, coacher en marchant, horsecoaching

43 vues0 commentaire