top of page
Rechercher

Des stages d’écoute et d’humilité ?

Dernière mise à jour : 20 févr. 2023

Si les concepts de bienveillance et d’intelligence collective sont sur toutes les bouches (ou presque), le monde du travail peine souvent à les insuffler concrètement au quotidien. Pour preuve, la valorisation omniprésente d’un leadership incarné par des codes virilistes faisant la part belle à l’ego et à l’arrogance.

L'article de Laetitia Vitaud, autrice et conférencière sur le futur du travail a pour titre "Management : et si on arrêtait de valoriser l’ego et l'arrogance en entreprise ?"


Ce qui est étonnant dans notre société, c’est qu’effectivement on valorise un leadership «prédateur ». On oublie totalement qu’il existe un mode non prédateur, basé sur la confiance, l’observation des besoins de chacun, et la collaboration. C’est ce que font les bergers, ou plus loin de nous les peuples nomades, qui guident leur troupeau dans des immenses prairies tout en les laissant libres pendant ces traversées.


Ils se positionnent plutôt devant tel un guide qui montre le chemin, que derrière comme le ferait un prédateur prêt à bondir. L’état d’esprit n’est pas le même pour une équipe dont le manager se positionne en éclaireur devant, qui transmet une vision et l’incarne, que lorsqu’il se met en retrait, guettant les erreurs et profitant des faiblesses…

Les bergers savent bien évidement utiliser un rôle de prédateur quand il faut éloigner le danger du troupeau ou sacrifier une bête pour se nourrir, mais ils le font de façon juste et mesurée. Ils surveillent l’environnement pour assurer la sécurité, peuvent agir en dominants quand il s’agit de faire respecter leurs cultures et savent prendre soin des individus.


Je fais référence ici à l’ouvrage  "Pour un leadership socialement intelligent - les 5 rôles d'un maître berger", de l’auteure américaine Linda Kohanov qui dresse les 5 rôles que doit endosser tout bon manageur au sein de son entreprise. À l’image des tribus pastorales, elle nous invite à découvrir quel est le rôle qui nous est le plus naturel, à travailler celui dont on est le plus éloigné et apprendre à tous les utiliser afin d’être un manager inspiré et inspirant, respectueux des autres et de lui même :

  • Diriger, motiver et protéger sans perversité (Rôle Dominant)

  • Découvrir et inspirer à travers la relation (Rôle Leader)

  • Soutenir et créer du lien (Rôle Compagnon-Nourrissant)

  • Observer et alerter (Rôle Sentinelle)

  • Eliminer et équilibrer (Rôle Prédateur)


Alors je ne sais pas si les stages stages d’écoute et d’humilité existent mais ça fait écho à ce que je propose avec les chevaux. Ils sont tout à fait indiqué pour enseigner à tous l’écoute, le respect, l’humilité et le leadership non violent.



Prenez un temps pour observer la vie d’un troupeau stable. Il s’y passe peu de choses ! Les conflits sont rares et la plupart du temps se règlent sans violence. Un froncement de museau, des oreilles plaquées, une croupe tournée, le cheval envoie de nombreux signaux avant de mordre ou de taper. Il suffit d’apprendre à observer. Quand ils se reposent, il y a toujours un cheval debout qui assure la sécurité des autres.

Ensuite, venez travailler à pied avec un cheval. Ce n’est pas par la force que nous obtenons son adhésion (il fait en moyenne 500 kg !) et c’est encore moins par l’agressivité car dans ce cas, il prend la fuite.



Après réflexion il existe des stages d’écoute et d’humilité, d’affirmation de soi et d’intelligence collective, où on peut travailler le lien et la qualité de la relation, le leadership non violent, l’observation, le feedback, la confiance partagée. Cela s’appelle l’EQUICOACHING !


Images unsplash : Steven Lasry, Alex blajan

16 vues0 commentaire

Comments


bottom of page